Presse et Relations Presse : prendre le tournant du multimédia

Presse et Relations Presse : prendre le tournant du multimédia

On le constate depuis plusieurs années, la presse est en crise. Les rédactions fondent malheureusement à vue d’oeil, les équipes sont réduites et les annonceurs règnent plus qu’avant encore. Des grands titres sont revendus, des grèves s’organisent et le ton monte entre journalistes et direction. Radio France en est le parfait exemple. A trop tirer sur la corde, elle finit par s’étioler… voire se casser.

Aussi, si la presse mute, change, évolue, l’attachée de presse doit comprendre et s’adapter aux bouleversements que subissent les médias depuis plusieurs années. En tant qu’attachée de presse freelance, j’ai la chance de pouvoir m’adapter rapidement et anticiper ses changements, de manière à proposer aux entreprise une offre adéquate. Si je peux le faire, c’est parce que je ne dois pas supporter une grosse structure, qui devrait s’adapter aux changements des médias en créant de nouveaux postes, voire en en supprimant. En m’intéressant un minimum aux nouvelles façons de travailler des journalistes, je peux proposer des missions de community management par exemple. Si l’avenir de la presse semble très orientée vers le digital, il ne faut pas oublier toutes les autres formes de médias qui émergent mais aussi, les versions traditionnelles, qui espérons le, ne disparaitront pas de si tôt.

Les journalistes ont moins le temps, car ils sont de moins en moins en rédaction, ils doivent écrire pour plusieurs médias, sur différents supports et cela ne leur permet pas d’accorder autant de temps qu’ils voudraient aux sujets qu’ils traitent. Je ne pense pas que cette nouvelle façon de travailler soit définitive et inéluctable. Je pense que la presse est au paroxysme de son ancienne ère et qu’elle doit faire face à une nouvelle ère, qu’elle doit comprendre, maîtriser et apprivoiser pour trouver son nouveau modèle économique et social.

Aussi, il me semble difficile aujourd’hui de proposer un événement presse à un client alors que les journalistes sont surbookés et trouvent difficilement le temps de se déplacer, et que ce type d’événements est très couteux. Tout comme il me semble impensable d’accorder moins d’importance aux sites internet au moment de constituer un fichier presse, ou de ne pas proposer des opérations de communication digitale.

Soyons optimiste, mais réaliste, la presse change et nous devons changer avec elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.